La carotte des journalistes | Horizons médiatiques

Le mois de février est terminé et avec lui s’est envolée la possibilité de candidater pour plusieurs prix journalistiques au Québec. Ici, comme dans le reste des contrées canadiennes, les candidats doivent se manifester au creux de l’hiver. Le concours annuel du Prix Michener s’est clos le 20 février. La Fondation pour le journalisme canadien (FJC) n’accepte plus les candidatures pour son nouveau Prix d’innovation depuis le 17 février. Ainsi quand tout est gris, morne et froid ; quand tous les journalistes se désolent de devoir braver la tempête pour faire de (bons) reportages, les prix journalistiques apparaissent comme la lumière au bout du tunnel. Quoi de mieux qu’une récompense pour encourager l’excellence ? La perspective d’obtenir une reconnaissance pour son travail, accompagnée de la volonté de bien faire ce travail, demeure le meilleur carburant. Concrètement, qu’apportent les prix journalistiques ? Que et qui récompense-t-on lors d’une remise de prix ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s